Le fugu : un délice mortel à consommer avec précaution

Un met très apprécié au Japon, le fugu ou le poisson-globe est un poisson toxique pouvant causer la mort au bout de quelques heures. Chaque année, la consommation de fugu fait plusieurs victimes, mais cela n’empêche pas les amateurs de cuisines traditionnelles de l’apprécier. Pour vous épargner des mauvaises surprises, regardons de plus près les spécificités de ce poisson venimeux.

Le fugu, un poisson contenant du poison

Avec son corps qui gonfle, le fugu est facilement reconnaissable parmi les autres espèces de poisson. Son poison, qui est une concentration de tétrodotoxine, se trouve généralement dans son foie, ses ovaires et ses intestins. Cette substance est 100 fois plus puissante que le cyanure du simple fait que 0,5 mg peut tuer en quelques heures un adulte d’environ 75 kg. On retrouve une grande variété de fugu dans le Pacifique Sud : les diodons, les sphéroïdes, les takifugu et les lagocéphales.

Le fugu, un met luxueux très risqué

En réalité, le fugu ne produit pas lui-même du poison. Cela vient en effet de la bactérie provenant des algues avec lesquelles il se nourrit quotidiennement. Les fugus en élevage ne contiennent pas cependant de poison. La préparation de ce poisson est tout un art. Pour devenir « Maître Fugu », il faut deux ans d’étude (même plus). Malgré les risques sur sa consommation, le fugu s’achète à un prix fort dans les restaurants japonais. Il est souvent servi cru, en sushi ou en sashimi, grillé, en soupe ou en ragoût.

Le fugu, un met qui peut être mortel

Chaque année, le Ministère de la santé japonais recense 20 à 100 morts d’intoxication due à la consommation de fugu. Manger la chair d’un fugu mal préparé engendre la mort par intoxication. Les symptômes se présentent par des picotements aux lèvres, une paralysie au système nerveux et une asphyxie du système respiratoire qui causent une mort lente. La personne empoisonnée reste consciente durant les 4 à 8 heures de paralysie et d’asphyxie sans pouvoir rien faire. Consommer ou pas un fugu reste malheureusement un choix, et dépend surtout du goût du risque !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

languesenfete.fr